Un nom qui évoque l’un des plus beaux sentiments et l’un des plus belles promesses musicales. Un sentiment difficile à traduire, pour une musique qui l’est tout autant. Mais la vibration qui s’en dégage n’a pas besoin d’explication, elle est là, pure, naturelle, universelle. C’est ainsi, sans artifice, qu’il construit l’ossature de ses morceaux, seul lui et sa guitare. Puis tout un travail de production se construit autour pour élaborer cet écrin dans lequel sa musique nous est offerte, mélange de modernité et de beauté éternelle. Ses influences puisent leurs racines chez Nina Simone aussi bien que D’Angelo. L’énergie vient tout autant d’un Buju Banton que du Wu Tang. Et les modèles du beau sont pour Svudvde tout autant un Henri Salvador qu’un Oxmo Puccino. Il est ancré avec des racines solides, le corps et l’esprit alertes. Les pieds foulant la terre, en mouvement perpétuel, sa musique vise juste comme un jab. Ancien boxeur, traits fins comme Mohamed Ali, mélangeant l’épure de la chanson à la complexité des techniques d’écriture du rap, il s’impose à nous, auditeur, comme une force naturelle, comme une évidence. L’artiste est arrivé sans bruit. Et ses six titres déjà sortis – dévoilés volontairement sans clip pour mieux laisser la place à la musique seule – ont su trouver échos auprès d’une première communauté d’auditeurs. Nemir, Oli, Mister V, A2H, Chilla évoluent encore anonymement dans cette communauté, tous touchés par la grâce de sa musique.

Découvre « Inconditionnel », le nouveau titre de Svudve !

Leave A Comment